AnomalieSyndromeInteropérabilitéCrépuscule # 256DrunkatedDissipation sur le virageThis and ThatLes châteaux de sableWar Of FreedomJeux de TablesLogged OnStabilité anxieuseTortoiseTour de forceEmbrase-moiObjet perduTête de PiochesL’Abîme de la LibertéÉtant donnésBlowbackAnthropométrieOverpowerReliefBagarre d’ivrognesTrancher dans la NoirceurPile100watts to 3wattsDécolonnisationFuiteTestudoMoléculeBleedShelterDead StarLe Grand Rendez-VousLate ProgramÉnergie RéciproqueSilent ShoutsBlack Whole ConferenceBraking MatterL’EnginHurlement SilencieuxSofiaMatière DangereuseDissectionTrompeOpacité du corps dans la transparence du circuitMise à disposition d’une stabilité inquièteSortie du blanc


Crépuscule # 256   [2017]
Ampoules, bois, acrylique
120 x 120 x 13 cm

256 ampoules éclatées sont alignées sur une grille de seize rangées, à égale distance les unes des autres. Des fragments de bulbes brisés tiennent encore aux culots, alors que d’autres ont complètement disparu, ne laissant voir que la tige et les fils conducteurs. Sous un boîtier transparent qui les protège dorénavant des forces extérieures, elles apparaissent comme les décombres d’une architecture qui aurait subi une commotion extrême, soufflée par une déflagration. Si la portée symbolique de l’ampoule allumée renvoie aux idées innovatrices et à la figure du génie, l’éclatement de l’objet peut signaler l’obscurantisme ou les dérives de la pensée. Ce cimetière d’ampoules éclatées s’ouvre ainsi à des lectures plurielles, allant de l’obsolescence à la faillite de la raison. Les innovations techniques promettent un monde délivré de la misère, mais elles peuvent aussi mettre en œuvre de nouvelles formes de domination et de violence.