2019.06.04 - 2019.07.13
Révolution
Biennale d’architecture et de paysage Versailles, Paris
2019.03.08 - 2019.04.13
Salle des maquettes
Galerie de l'UQAM, Montréal
2019.02.07 - 2019.05.18
Bonne conduite
Angoulême, France (FRAC Poitou-Charentes)
2019.02.20 - 2019.06.09
Seuils
Âjagemô art space, Ottawa (Conseil des arts du Canada)
2018.11.02 - 2018.11.04
Man Ray, Michel de Broin, Juliette Goiffon & Charles Beauté
Artissima, Turin (Galerie Eva Meyer)
2018.10.20 - Work in progress
Deviations
Vancouver Biennale, Vancouver
2018.09.13 - 2018.11.17
La conduite des conduites
Galerie Division, Montreal
2018.07.07 - 2018.08.12
Natura Loci
Magasin Général, Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine Magasin Général, Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine
2018.03.26
Michel de Broin & Kim Gerdes – Machines organiques, machines textuelles
École Normale Supérieure, Paris, France
2018.03.08 - 2018.04.17
Affinités électives
Galerie Division, Montréal
2017.08.17 - 2017.10.15
Seuils
KM3 - Un événement d'art public, Quartier des spectacles, Montréal
2017.06.30 - 2017.07.04
Mille spéculations
Bordeaux, France
2017.06.17 - 2017.09.24
La chose en soi
Musée régional de Rimouski
2017.06.28 - 2017.06.30
Make Soccer Great Again
À perte de vue, AXENÉO7, La Fonderie, Gatineau, QC
2017.06.02 - 2017.07.22
Alluring Shapes, Tempting Spaces
Galerie Eva-Meyer, Paris
Inauguration août 2017
Dendrites
Bonaventure Project, Montreal
2016.12.13
The Imaginary Reader
Volt, Oslo, Norvège
2016.12.03 - 2017.01.17
Whole World Working
Collective gallery, Édimbourg, Écosse, Royaume-Uni
2015.12.05 - 2016.01.31
Prosopopées, quand les objets prennent vie
Centquatre, Biennale internationale des arts numériques, Paris
2016.06.16
One Thousand Speculations
Luminato Festival 2016, Hearn Power Station, Toronto
ARCHIVES DE NOUVELLES

2018.09.13 – 2018.11.17
La conduite des conduites
Galerie Division, Montreal


L’exposition La conduite des conduites propose un jeu entre le modelage de conduites (les comportements des objets et des corps) et les systèmes de canalisation des affects, des flux et de l’énergie. Utilisant des objets communs – du mobilier, des tuyaux, des brides et des ampoules – l’artiste représente des systèmes techniques et leurs fonctions attendues en introduisant des anomalies. Il met en oeuvre des stratégies de déformation, d’éclatement et de trouées qui chacune remodèlent les affects dans des objets esthétiques ambigus, que le regard cherche à dénouer. Les courbes et sinuosités des conduites mettent en tension une dynamique de circulation et des phénomènes de résistance ou de dissipation. Troublant les attentes des systèmes industriels et leur promesse d’efficacité, d’optimisation et d’innovation, les propositions esthétiques de l’artiste imaginent une technique très différente de celle que nous côtoyons dans notre vie quotidienne. Les oeuvres ouvrent des béances dans le monde comme autant de failles et d’espaces libérés de cette causalité qui détermine notre relation à la technique.
Sous les apparences d’objets techniques prennent forme des corps sensibles. Alors que nous attendons qu’ils fonctionnent et produisent, les assemblages imprévisibles excèdent le monde des choses à la recherche de nouvelles configurations sensibles.



Anomalie (2018), l’oeuvre se compose d’une série de quatre canalisations de cuivre qui semblent prendre leur source sous terre et qui se tiennent debout tels des êtres vivants. Les Anomalie s’entortillent sur elles-mêmes comme des organes, formant des nœuds tumescents. Cette résistance leur confère une présence ambiguë, celle de l’énergie qui se maintient et se retient, suspendue pour un temps avant de finalement se disperser.


Universal Plug and Play (2018) est inspiré par le protocole réseau du même nom qui permet à des périphériques de se connecter aisément. Ici, la poésie des infrastructures est présentée comme la possibilité concrète donnée aux conduites de formes et d’apparences différentes de se connecter mutuellement.


Vue intérieure


La série Crépuscule (2018) explore la tension entre ordre et imprévisibilité. La symbolique des lumières associée à la raison se voit ici vaincue, alors que le crépuscule des idées semble succéder à l’illumination. La rigidité formelle de l’alignement ordonné d’ampoules est fracassée par l’inquiétude d’une technique qui travaille à sa propre défaite, à son délabrement. Persiste néanmoins la poésie de la ruine technique.


Tube (2018) est une image de synthèse qui présente une conduite confortablement installée dans un fauteuil de bureau de style exécutif. Assis et enroulé sur lui-même, le tube ouvert à ses extrémités brouille la distinction entre l’intérieur et l’extérieur.